mercredi 25 mars 2015

Gélatine...

Bonjour...

Je commence ici une série de tutos sur les impressions uniques, ou monotypes (monoprints en anglais) avec, comme matrice, une plaque en gélatine.
C'est aussi une autre façon d'utiliser les pochoirs d'Isa...
Il existe, évidemment, des plaques permanentes que l’on peut acquérir. Elles sont relativement chères. Si vous êtes intéressé(e)s, c'est ici que cela se passe :

Mais, si vous êtes comme moi, près de vos sous pour diverses raisons, ou tout simplement économe et prudent(e), je vous conseille, avant de vous lancer dans un achat que vous pourriez regretter, de fabriquer votre propre plaque de gélatine, à partir d’ingrédients simples et relativement peu onéreux.
Accrochez-vous, c'est long !


Fabriquer une plaque de gélatine semi permanente à la maison

Les ingrédients et outils nécessaires
  • de la gélatine en plaque (facile à trouver) ou en poudre
  • de l’eau
  • de la glycérine (seul ingrédient un peu cher), à acheter en droguerie ou pharmacie
  •  un récipient pour faire ramollir la gélatine
  •  une casserole, un fouet
  • un récipient servant de moule,  carré ou rectangulaire, voire rond : le récipient peut être en métal, terre, verre, plastique ou même en polystyrène. Veillez à ce que le fond du moule soit bien plan (et pas bombé comme le mien !)
  • du film de cuisine


Proportions
Il faut compter 10 grammes de liquide(s) pour 1 gramme de gélatine.
Pourquoi un S à liquides : tout simplement parce qu’il faudra 5g d’eau et 5g de glycérine, la glycérine servant à maintenir un certain degré d’humidité dans la plaque, nécessaire à sa conservation et à de bonnes conditions d’impression.

Déterminer les quantités nécessaires
Commencez par un petit moule, un récipient en polystyrène par exemple.
Pour déterminer la quantité d’ingrédients, il faut procéder… à l’envers.
On détermine d’abord combien de liquide il faudra, en versant de l’eau dans le moule, sur une hauteur d’environ 2 cm.

J'ai mis une marque à 2cm de hauteur dans ce récipient en polystyrène
qui peut très bien servir de moule.
Attention toutefois, à ce que les bords ne soient pas trop penchés...

Le poids d'eau permettra de déterminer  la quantité de gélatine et de glycérine à utiliser.

Exemple : pour  500ml d’eau mesurés, soit 500g, il faut  diviser cette quantité par 10, ce qui donne
(500/10) = 50g de gélatine.
Puis, on  divise les 500g d'eau par 2, pour obtenir la quantité de glycérine à utiliser,
soit (500/2)= 250g de glycérine.
Voici donc, en principe, les quantités exactes :
pour 50g de gélatine, il vous faut 250g d’eau et 250g de glycérine.

Attention : préférez les mesures d'eau et de glycérine en grammes, leur densité n'étant pas la même.

J’avoue que, dans la pratique, je n’utilise que 150g de glycérine et 350g d’eau… mais, par expérience, un minimum de glycérine est nécessaire, sinon la plaque s'abîme trop rapidement.

Comment procéder pour réaliser la plaque :
On prépare d’abord le moule, en le tapissant de film alimentaire : cela facilitera le démoulage.

Avec des ciseaux, on coupe les plaques sèches de gélatine  en petits morceaux,  dans un récipient adapté à la quantité. On les fait tremper dans de l’eau froide, afin de les faire ramollir.
Pour la gélatine en poudre, suivre les instructions sur le paquet : elle absorbera toute l'eau…

Pendant ce temps, on fait chauffer la quantité d’eau déterminée (dans l’exemple 250g... ou plus si vous réduisez le poids de glycérine...) : il faut que l'eau soit chaude mais non bouillante, surtout si l'on veut utiliser un moule en polystyrène ou plastique fin qui risquerait de se déformer. De plus, si l'eau est bouillante, la gélatine peut  perdre ses qualités gélifiantes.

On passe la gélatine en plaques ramollie dans un chinois (passoire fine) pour éliminer l'eau. Celle en poudre, qui aura absorbé toute l’eau, doit avoir l’aspect d’un gel compact.

On verse la gélatine ramollie (ou le gel) dans l’eau qui vient de chauffer, et on mélange doucement avec un fouet. S’il y a des grumeaux, on réchauffe l’eau très doucement en continuant de fouetter, jusqu’à ce qu’ils aient disparus. 
Hors du feu, on rajoute la glycérine, toujours en remuant.

Avec précaution, on verse tout doucement ce mélange dans le moule. Il se formera sûrement des bulles sur le dessus. On les élimine avec un morceau de papier journal, bien absorbant, et que l’on changera autant de fois que nécessaire : il ne faut pas qu’il reste de bulles à la surface car elles vont laisser des traces qui pourraient être gênantes à l’impression…

On pose le moule dans un endroit sûr, et on ne le touchera plus jusqu’à ce que le mélange ait pris.
Puis, on le mettra au réfrigérateur pendant au moins 3 heures.
Généralement, je fais ma plaque le soir pour l'utiliser le lendemain.

Voici les coordonnées d'une vidéo qui pourra vous être utile  :
Il s'agit d'une artiste allemande  qui montre comment on fabrique cette plaque. Malgré l'obstacle éventuel de la langue, les images sont très explicites, notamment pour déterminer les quantités. Elle n'utilise pas de glycérine : on peut faire sans, mais la plaque dure beaucoup moins longtemps.
Vous trouverez d’autres exemples sur Youtube, en tapant : how to make a gelatin plate…

Remarques importantes
Voici une photo de ma plaque actuelle que j’ai fabriquée il y a plus de quatre semaines. Il est préférable de la remettre au frigo chaque soir, bien qu'elle supporte de rester dehors, dans un endroit frais, un certain temps.

Cette plaque, réalisée dans une vieille lèche-frite, mesure 22/29cm.

Après, elle deviendra trop molle et il faudra la faire raffermir au frigo. Il faut savoir aussi qu’au fil du temps, l’eau s’évapore et la plaque rétrécit. Elle peut aussi se craqueler...

La plaque se salit au fil des utilisations. On la nettoie avec une lingette pour bébé ou, tout simplement, un chiffon doux humide. J'ai aussi toujours un vaporisateur d'eau à portée de main...

Récupération
Quand elle est trop sale ou trop abîmée, on peut refondre la plaque, soit au micro-ondes (3 à 4 fois 30 secondes, puissance maximum), soit en la chauffant doucement dans une casserole jusqu’à ce que le mélange soit liquide. Puis, on la recoule dans le moule, toujours tapissé de film alimentaire. Comme elle comportera des résidus de peinture, il faudra la filtrer au moment de la couler. Pour cela, j’utilise un morceau de vieux collant que je tiens tendu contre le récipient qui me sert à verser le mélange dans le moule… Une vidéo pour vous donner une idée d'une façon de faire :
https://www.youtube.com/watch?v=JjSSX_gHyno
(inutile d'utiliser le blender, couper avec un couteau suffit...).

Congélation
Enfin, si la plaque est toujours en bon état, mais que l’on n’envisage pas de s’en servir pendant un moment, on la découpe en petits morceaux qu’on stocke dans un récipient (ayant contenu du fromage blanc, par exemple) et on le place au congélateur. Pour réutiliser cette plaque on procède comme précédemment.

Cela à l’air compliqué, mais en fait cela ne l’est pas. J’ai réussi ma plaque dès la première fois que j’ai essayé.

Mercredi 1er avril (ce n'est pas un poisson...), sur le blog http://isasart-dt.blogspot.fr/, je vous en montre une utilisation de base, avec les pochoirs d'Isa... Peut-être aurez-vous fabriqué votre plaque d'ici-là...
Et pour vous mettre l'eau à la bouche, allez donc voir ceci :
https://www.youtube.com/watch?v=RakULDKnmFs

A bientôt.